400 aveyronnais à la grande manifestation

qui a rassemblé 20.000 personnes à Béziers pour la défense de l'occitan

Une impressionnante manifestation de 20.000 personnes a eu lieu samedi 17 mars à Béziers, pour demander la reconnaissance par l’Etat de la langue occitane. Parmi eux, au moins 400 Rouergats simples citoyens et élus, dont plusieurs maires, un député, ont fait le déplacement. Ils ont répondu à l’appel de différentes organisations, l’Institut d’études occitanes, les Calandretas, la Jeunesse occitane, la Fédération des enseignants de langue d’oc, ÒC-BI association pour le bilinguisme français-occitan dans l’enseignement public, le Grelh Roergàs, le groupe folklorique la Gantierelo et bien sûr le Collectif Rouergat. Certains ont pris l’un des cinq autobus qui ont desservi Villefranche-de-Rouergue, Rodez, la Primaube, Pont-de-Salars, Millau et Saint-Affrique, d’autres sont venus en voiture. Le rassemblement commencé à partir d’un village occitan, composé d’une bonne cinquantaine de stands associatifs culturels, s’est poursuivi par un « passa carrièra » haut en couleurs et en sons, dans les rues de la vieille cité. Cortège interminable dans lequel se sont côtoyés hommes, femmes et enfants de toutes les régions occitanes : Provence, Languedoc, Rouergue, Auvergne, Limousin, Aquitaine, Béarn, Catalogne, Gascogne, ainsi que de l’Ile-de-France, des Valadas italiennes, du Val d’Aran, de l’enclave de Gardia piemontesa en Calabre, du Luxembourg et même du Japon… ainsi que des représentants de Bretagne, Savoie, Corse, Pays Basque, des pays de langue créole et même du Japon. Dans le défilé, toutes les générations étaient représentées, au passage félicitations à nos aînés rouergats qui ont arpenté le bitume, pour montrer leur détermination à maintenir notre langue vivante. Ils ont été heureux de rencontrer de très nombreux jeunes parlant la langue. En soirée et jusqu’à trois heures du matin, une quinzaine de groupes dont Mauresca Fracas Dub, Lou Seriol, La Mal coiffée, Brotto-Lopez… ont fait chanter et danser de cinq à six mille personnes dans l’immense chapiteau dressé par la ville de Béziers au coeur des arènes. Ils ont mis en valeur toute la richesse de la création culturelle Occitane en matière de musique et de chants. Les médias nationaux et régionaux étaient présents et la télévision a relaté l’information, le soir même aux actualités nationales, ce qui n’avait pas été le cas pour Carcassonne, signe d’un début de prise en compte de nos légitimes revendications. Les organisateurs attendent de cette manifestation une reconnaissance de la diversité linguistique à la radio et à la télévision, dans l’enseignement et dans la vie publique ; et bien sûr, la ratifi- cation par la France de la Charte européenne des langues moins répandues. En attendant, assure le collectif rouergat, en Aveyron, la présence publique de l’occitan va continuer à se développer, avec le soutien des collectivités locales et de la population, dans les écoles, dans la signalétique (panneaux bilingues), dans l’économie (raison sociale, marque de commerce, tourisme), dans la création et la diffusion culturelle.

Collectiu roergàs Anem Òc ! per la lenga occitana