20 ième Festival des Migrations, de la Culture et de la Citoyenneté

Hall Victor Hugo, Luxembourg, les 14, 15 et 16 mars 2003

Ce 20ième festival, placé notamment sous le Haut Patronage de l'Unesco et du Parlement Européen, fut l'expression des différentes cultures présentes à Luxembourg, du métissage et du rôle citoyen qui sont l'âme de ce festival. La centaine de stand des nombreuses communautés, reflétait ainsi " la contribution de chacun à la construction d'un nouvel idéal citoyen à identités multiples " comme le soulignait M Matsuura, Directeur général de l'Unesco. Pendant le festival se sont ainsi mêlés les musiques, les débats, la gastronomie et la vie associative, autant de passerelles à emprunter pour rencontrer et découvrir la richesse du Luxembourg.
Le stand Aveyronnais, alliant tourisme et petite restauration, a été très visité, notamment par les jeunes compatriotes du grand sud-ouest, Basque, Toulousain ou Tarnais, regrettant de ne pas avoir eux-aussi leur association. Mais notre amicale, la seule de ce genre parmi la communauté Française, est une grande famille où tout le monde est le bienvenu.
Le soutien du Consulat de France et du Comité Départemental du Tourisme a été très précieux pour réaliser cette grande manifestation car, malgré l'éloignement, notre association a besoin de l'appui des organismes départementaux pour que l'image de l'Aveyron ne s'arrête pas aux frontières, à une époque où l'Europe accueillera de plus en plus de nos compatriote pour les nouvelles migrations du XXIième siècle.
Parralélement au festival, il s'est tenu le salon du livre où cette année le thème choisi était " Les mille et une nuits ". Des extraits des contes ont été lus toute la journée dans différentes langues et c'est en occitan que notre association a traduit et récité un texte chargé de symbole au moment d'un conflit sur les lieux même où se déroulaient ses histoires remplies de sagesse et d'humanité.
Après ce beau week-end riche en rencontre, rendez-vous est pris pour l'année prochaine avec les nombreux participants, devenus depuis des amis.

 

Las Mil e una nuèches

Un jorn, Sheherazada diguèt al seu paire :Ò Paire, te voldriai far saber mas pensadas secrètas.Qualas son ? demandèt lo vizirDesiri qu'arrengues mon maridatge amb lo rei Chabrizar, o grandirai dins l'estima de nos semblables en los desliurant del perilh que los amenaça, o ben morirai e perirai sen esper de salvacion, partejant lo sòrt d'aquelas que moriguèron e periguèron abans ieu.Quand lo vizir ausiguèt las paraulas de sa filha, s'escridèt d'una votz colerosa.Bèstia que siás, sabes pas que lo rei Chahriyâr a jurat de dormir sonqu'un còp, e un sol, amb caduna de sas esposas per la tuar lo lendeman matin ? Vòls que te balhe a el ? Sabes pas qu'aprèp aver passat la nuèch amb tu, m'ordonarà tre lo jorn seguent de te far morir. E sabes ben que serai forçat de te tuar sen poder m'opausar a sos òrdres.Ò mon paire, cal absoludament que me balhes a el, li respondèt. Daissa lo que me tue.Me pòdes dire çò que te buta a far una causa atal, ço que te préissa de t'expausar a tan de perilh ?Mon paire, cal absoludament que me balhes a el. Ma decision es presa, ma causida es definitiva.Lo vizir, son paire, aqueste còp negre de colèra, s'escridèt :Lo que sap pas s'adaptar a las realitats del mond manca pas de tombar dins los perilhs que vòl defugir. Lo que prevei pas las consequéncias de sas accions pòt pas gardar las favors del sègle.